•  

     

     

     Jolies créations du 1er Mai chez la-petillante !! Poème

     

     

    Poème pour mes amis

    "Depuis toujours le blanc muguet,

    Qu'il soit en brin ou en brassée, 

    Porte à ceux qui l'ont mérité

    Joie, bonheur et prospérité".

     

    "Joli muguet, au mois de mai fleurit,

    Pour nous charmer de son parfum de lys.

    Rien n'est plus frais que ses corolles pâles

    Offertes par une main amicale."

    "Cloches naïves du muguet 

    Carillonnez ! car voici Mai ! 

     

    Sous une averse de lumière, 

    Les arbres chantent au verger, 

    Et les graines du potager 

    Sortent en riant de la terre. 

     

    Carillonnez ! car voici Mai ! 

    Cloches naïves du muguet ! 

     

    Les yeux brillants, l’âme légère, 

    Les fillettes s'en vont au bois 

    Rejoindre les fées qui, déjà, 

    Dansent en rond sur la bruyère. 

     

    Carillonnez ! car voici Mai ! 

    Cloches naïves du muguet !" 

     

    Maurice Carême

     Jolies créations du 1er Mai chez la-petillante !! Poème

     

     Jolies créations du 1er Mai chez la-petillante !! Poème

     

     

     Jolies créations du 1er Mai chez la-petillante !! Poème

     

     Jolies créations du 1er Mai chez la-petillante !! Poème

     

    5620b3e32a6f4300bda064a9c09478a29dba77a3da39a3ee5e6b4b0d3255bfef95601890afd80709da39a3ee5e6b4b0d3255bfef95601890afd80709556128bc77ab7c3816a07b42eed8deb7 

     

    Je suis en pause Jacotte85

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  Vendredi 13

     

     

     Vendredi 13 Bonne chance

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  Bonne journée chez la pétillante

     

     

    Sonnet féminin

     

    Ta voix a la langueur des lyres lesbiennes,

    L’anxiété des chants et des odes saphiques,

    Et tu sais le secret d’accablantes musiques

    Où pleure le soupir d’unions anciennes.

     

    Les Aèdes fervents et les Musiciennes

    T’enseignèrent l’ampleur des strophes érotiques

    Qui versent dans la nuit leurs ardentes suppliques,

    Ton âme a recueilli les nudités païennes.

     

    Tu sembles écouter l’écho des harmonies ;

    Bleus de ce bleu divin des clartés infinies,

    Tes yeux ont le reflet du ciel de Mitylène.

     

    Les fleurs ont parfumé tes étranges mains creuses ;

    De ton corps monte, ainsi qu’une légère haleine,

    La blanche volupté des vierges amoureuses.

     

    Renée Vivien, Cendres et Poussières, 1902

     

     

    L'AUTOMNE CHEZ JACOTTE 85

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • 1 avril 2018 Chez la-petillante

     

     

     

    1 avril 2018 Chez la-petillante

     

     

     

    1 avril 2018 Chez la-petillante

     

     

    1 avril 2018 Chez la-petillante

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires